FRANCE régions normandie

la legendes des mariage de pierres

 

Près du Mont St Michel de Braspart, la légende raconte qu'un prêtre portant le Viatique à un moribond rencontra une noce. Cette noce un peu saoûle se mit à rire du curé...Mil Malloz !! à l'instant le cortège fût changé en pierres, d'ou le nom de "mariage de pierres" (Eured-ven)

 

la bete de caen

 

C'est à environ une quinzaine de kilomètre au sud du Caen, qu'une bête mystérieuse sévit dans la forêt de Cinglais. Ce monstre, que l'on décrit comme une espèce de loup roux, mais au corps davantage allongé et avec la queue pointue qu'un loup commun. L'animal semblait très rapide et avec une agilité incroyable.

La Gazette du 19 mars 1632 rapporte :

«De Caen en Normandie. Le 10 dudit mois de mars de l'an 1632. Il s'est découvert depuis un mois dans la forêt de Singlaiz entre ci et Falaise une bête sauvage qui a déjà dévoré quinze personnes. Ceux qui ont évité sa dent rapportent que la forme de cet animal farouche est pareille à celle d'un grand dogue d'une telle vitesse qu'il est impossible de l'atteindre à la course, et d'une agilité si extraordinaire qu'ils lui ont vu sauter notre rivière à quelques endroits. Aucuns l'appellent Therende. Les riverains et gardes de la forêt lui ont bien tiré de loin plusieurs coups d'arquebuse, mais sans l'avoir blessé. Car ils n'osent en approcher, même se découvrir jusqu'à ce qu'ils soient attroupés comme ils vont faire au son du tocsin; à quoi les curés des paroisses voisines ont invité tous les paroissiens à ce jour auquel on fait étant qu'il s'assemble trois mille personnes pour lui faire la huée.»

Les curés rassemblèrent donc les membres des paroisses voisines et organisaient des battues dans la forêt de Cinglais. Les chasseurs et les villageois évitent d'entrer dans la forêt, sauf lorsqu'ils sont plusieurs. Le comte de la Suze pris les choses en mains en juin 1633 en réunissant entre 5000 et 6000 hommes et organisa une gigantesque battue. Cette tentative porta fruit, une bête mystérieuse, similaire à plusieurs témoignages fut tuée, et les massacres cessèrent.

La Gazette du 17 juin rapporte la mort de la créature :

« Cette bête furieuse dont je vous écrivais l'année passée ayant depuis deux mois dévoré plus de trente personnes dans cette forêt passait pour un sortilège dans la croyance d'un chacun. Mais le Comte de la Suze ayant par ordre de notre lieutenant général assemblé le 21 de ce mois 5000 à 6000 personnes, l'a si bien poursuivi qu'au bout de trois jours elle fut tuée d'un coup d'arquebuse. Il se trouve que c'est une sorte de loup plus long, plus roux, la queue plus pointue et la croupe plus large que l'ordinaire.»

La bête de Caen aurait donc tuée une trentaine de personne en un peu plus d'un an. Elle sera finalement identifiée comme étant un loup, mais un grand mystère plane encore autour de cette histoire; le comportement et l'agilité de la bête ne ressemblant en rien à celle d'un loup commun.

OVNIS: TEMOIGNAGES DE BAS-NORMANDSDes soucoupes auraient-elles survolé Caen?

Le Centre National d'Etudes Spatial ( CNES ) a ouvert ses archives liées aux Ovnis. La région compte plusieurs dossiers d'apparition dont certains demeurent inexpliqués.


Ovnis: Témoignages de Bas-Normands

Les archives officielles du Centre National d'Etudes Spatiales ( CNES ) sur les OVNIS sont désormais consultables sur internet. Des témoignages de Bas-Normands y sont rencensés. Retour sur ces rencontres du troisième type.


" Le 24 juillet 1998, ( NDLR: dans une commune du département du Calvados ), nous nous rendons au domicile de Mme F...Cette personne nous informe avoir été témoin en compagnie de 10 autres personnes,d'apparition de lueurs rouge dans le ciel à trois reprises se dirigeant vers le sol. Les lueurs sont ensuites suivies de l'apparition d'une demi-sphère de la même couleur..." Cette description est le préambule d'un rapport de gendarmerie envoyé au ministère de la Défense dans le cadre d'un phénomène " OVNI " ( objet volant non identifié ).
Ce document figure dans les archives officielles du CNES désormais librement consultables sur internet. La France est ainsi le premier pays à ouvrir ses archives sur les ovnis. 350 dossiers, dont certains totalement inexpliqués et inexplicables sont ainsi livrés à la curiosité des " inconditionnels des petits hommes verts " .


TROIS LUEURS ROUGES DANS LE CIEL

La région Basse-Normandie compte plusieurs histoires de la sorte. Certaines totalement loufoques, d'autres explicables mais certaines encore totalement incroyables aujourd'hui.C'est un tour d'horizon rapide ( et accessoirement une balade dans les étoiles ) que Liberté vous propose aujourd'hui. Pendant l'été 98, donc les enquêteurs ont poursuivie leurs investigations pour tenter de comprendre le phénomène des lueurs rouges dans le ciel. " Les trois lueurs apparaissant une à une et descendant lentement vers le sol avant le déclenchement d'un incendie de très courte durée ayant dégagé une épaisse fumée blanche..."
Les militaires retiendrons six hypothèses de travail parmi lesquelles une supercherie, un phénomène aérospatial non identifié, un phénomène météo ou encore... des tirs de fusées. Il aura fallu plusieurs jours d'enquête sur le terrain, des dizaines d'auditions pour, enfin lever le voile sur ce mystère. " Monsieur J a immédiatement déclaré avoir tiré des fusées de détresse la nuit concernée..."
Fin de l'enquête et pas d'ovni à l'horizon. Le dossier fait néanmoins une vingtaine de pages avec force plans et précisions.

UN TONNEAU à AILERONS...

Plus sérieusement, et plus étonnant, cette histoire remontant à 1988, toujours dans la région. Le procés-verbal de gendarmerie indique, " Monsieur X, employé des Télécoms nous déclare avoir été témoin de l'apparition d'un objet volant non identifié..." Il était 23 heures ce jour-là lorsque Monsieur X, qui rentrait chez lui à bord de son véhicule a soudain vu apparaître " un appareil de grande envergure ( 10 à 15 mètres ) de couleur orange, ayant la forme d'un tonneau avec des aillerons, qui survolait la route à vive allure... ". Le témoin a suivi des yeux l'objet quyi a disparu derrière un bosquet. " Je me suis rendu jusqu'à là-bas. L'OVNI semblait faire du surplace et est partit à vive allure ".
L'employé des Télécoms, sans aucun lien de parenté avec David Vincent le héros de la série les Envahisseurs qui a fait fureur sur les écrans dans les années 70-80, a voulu suivre l'objet.
" L'appareil a alors fait demi tour pour me survoler. Il se trouvait au-dessus de mon véhicule. Pris de panique, je me suis arrêté et j'ai éteint mes phares. C'est alors que l'OVNI est reparti". En rentrant à son domicile, le témoin verra encore l'objet, mais plus haut dans le ciel. Il ira ainsi réveiller son voisin pour ne pas être seul à voir. Le voisin, comptable de son état confirmera aux gendarmes la présence de l'objet volant. Celui-ci a réapparu le lendemain et le surlendemain avant de disparaître définitivement. Quatre personnes au total ont pu voir ce phénomène toujours classé " phénomène inexpliqué ".

LE " TROU NORMAND "

La découverte en octobre 89 par agriculteur d'une surface de terre brùlée dans une prairie déclenchera encore d'importantes investigations et l'ouverture d'un dossier transmis aux autorités militaires. La zone, de forme régulièrement, est longue de 17 mètres et large de 4. La végétation a totalement a totalement disparu et la terre dont le niveau a baisser d'une quinzaine de centimètre est de couleur noire. Des carrotages révéleront que la terre a été brûlée sur 2 à 3 cm de profondeur. Des experts centre National d'Etude Spatiales viendront sur place. Le propriétaire du champ leur confirmera bien volontiers avoir alerté la gendarmerie, considérant qu'il s'agissait d'un phénomène sortant de l'ordinaire. Un autre témoins se manifestera à la gendarmerie pour expliquer que la nuit précédant la découverte, les pleurs de son chien l'ont tiré de son sommeil.
" J'ai entendu mon chien gratter à la porte du cellier. Je me suis levé pour le voir et quand je suis sorti dans ma cour,j'ai vu au loin un grand faisceau lumineux. Je peux dire qu'au bord du faisceau, la lumière était bleutée. Quand j'ai allumé ma lumière, le faisceau a disparu ". La forte présence de traces d'hydrocarbures de type kérosène, dans les prélèvements de terre brûlée conduiront à envisager l'hypothèse jamais confirmée d'un largage de carburant par " un aéronef volant lentement à basse altitude ". en tout cas, aucun plan de vol d'un quelconque appareil n'était enregistré cette nuit-là par les autorités de l'avaition civile.
Pour en savoir plus: www.cnes.fr

P.R

100 000 pages d'archives 

Depuis le 22 mars, le CNES met en ligne ses archives liées à l'apparition supposée d'OVNI en France. Elles se composent de près de 100 000 pages, réunissent 3 000 procès-verbaux de gendarmerie pour 6 000 témoignages. 1 600 cas depuis 1950 sont encore inexpliqués, soit 28% des cas recensés. 400 dossiers sont d'ores et déjà consultables mais ils le seront tous d'ici la fin de l'année.
Chaque année, le CNES se penche sur 50 à 100 nouveaux cas d'apparitions ou supposées comme telles.


source: Le journal Liberté .