FRANCE régions languedoc roussillon

      - LA BÊTE BLANCHE DE PICARDIE -

Adaptation du récit de M. Émilien Guilbert, d’Englebelmer (Somme), raconté en 1880.

 

Cette mystérieuse histoire remonte à il y a fort longtemps, à Picardie, dans le Nord de la France, sur une des nombreuses routes de campagnes qui reliaient les petits villages à l’époque.

La nuit venait tout juste de tombée et un homme marchait tranquillement, éclairé par un beau clair de lune, revenant de la ville où il avait été visiter quelques uns de ces parents. Traversant un champ de luzerne, un curieux bruit le tira de ses rêveries. Observant les champs qui bordaient la route, il crût d’abord que c’était un chien. Il l’appela, mais la créature ne fit aucun son. Il se dit alors que cela devait être un oiseau ou un rat. Il continu donc sa route, mine de rien, jusqu’au moment où, entendant de nouveaux bruits, il eut la désagréable sensation d’être encerclé, les bruits venant quelques fois du champ se trouvant à sa gauche et ensuite des longues herbes qui se trouvaient à sa droite.

Accélérant le pas, il continua à regarder partout alentour de lui lorsque soudain, un bête blanche, qu’il n’avait jamais aperçu, lui passa entre les deux jambes et se mit tourner rapidement autour de lui, sans pour autant lui obstruer le chemin. L’homme augmenta encore sa cadence, pris de frayeur, il tenta de frapper l’animal avec son bâton. La mystérieuse bête blanche évita facilement ses coups et continua à tourner alentour de notre voyageur. Ce petit manège dura longtemps, l’homme essayant désespérément d’assommer la bête qui, elle, continuait à éviter les coups avec une facilité déconcertante.

Arrivé à l’entrée du village, l’homme exténué remarqua avec stupéfaction que la bête qui le suivait se transformer en homme. Mais le pauvre paysan n’était pas au bout de ses peines, à peine la transformation fût terminée, le mystérieux inconnu passa aux cotés de notre voyageur en une fraction de seconde et disparut à l’autre bout du village.

L’homme ne comprit jamais ce qui lui était arrivé et la bête blanche de Picardie restera à jamais un mystère, une légende incomprise et mystérieuse. À l’époque, les gens croyaient que cette apparition était le vilain tour d’un lutin ou d’une autre de ce type de créatures féeriques, plusieurs théories de l'époque sont aussi en faveur d'une manifestation de loup-garou, la lycanthropie étant une croyance répandue à l'époque.

Vous avez probablement, vous aussi, entendu des bruits étranges si vous avez déjà marcher des les champs, après la tombée de la nuit. Les bêtes monstrueuses et sanguinaires ont marquées l’imaginaire de la France, les textes suivants sont aussi présentés sur Dark Stories et risquent d’intéresser les gens qui s’intéressent aux mystérieuses bêtes qui hantèrent la France.

 

 

La Massue, spectre nocturne (Moselle)

 

(D'après « Revue de l'Aunis » paru en 1869)reprise sur le site:legendes croyance superstition

 

La très ancienne petite ville de Boulay (Bolagium, Bola, Bolchen), en Moselle, fut de temps immémorial le théâtre de nombreuses apparitions d'êtres surnaturels, et les revenants s'y donnaient volontiers rendez-vous, notammentla Massue.

 

Dans le premier quart du XIXe siècle, on recueillit les récits de quantité de faits étranges qui s'y étaient passés et s'y passaient encore journellement à cette époque.

Un de ces spectres nocturnes était la Massue ou Masse. La Massue apparaissait sous la forme d'une bête ayant la taille d'un veau à très longs poils de couleur sombre, sous lesquels disparaissait la tête dont on n'apercevait que les yeux gros et flamboyants et deux pointes d'oreilles émergeant de l'épaisse fourrure. On ne distinguait pas les pattes, et cette espèce d'être présentait l'apparence d'une masse informe, d'où lui était probablement venu son nom, soit du français masse, soit de l'allemand massiv. La Massue traînait des chaînes dont on entendait le cliquetis ; parfois elle passait sans bruit, et si elle venait à toucher quelqu'un en se serrant contre lui, son contact ne semblait que le frôlement d'un vent léger. Cette bête immonde se présentait tout à coup, sortant de l'obscurité, sans qu'on pût voir d'où elle venait. Elle semblait affectionner certaines rues de la ville.

C'est ainsi qu'on l'a vue le plus souvent dans la rue du Four Banal (Banngasse), la rue de la HaIIe (Hallegasse) et la rue de l'Eglise (Kirchegasse) d'où peut-être elle se rendait au cimetière ou, plus vraisemblablement par la rue du Pressoir (Keltergasse) et la rue de Saint-Avold, vers un lieu situé hors de la ville et appelé Stromerich. Cette bête n'a d'ailleurs jamais, de son propre mouvement, fait de mal à personne, se permettant seulement de barrer le passage au bon bourgeois attardé en s'asseyant sur son chemin à la façon des ours, et fixant sur lui ses yeux ronds et luisants ; une fois même elle empêcha un vol de s'exécuter.

Le témoignage d'une ancienne maîtresse d'école à Boulay vers la fin du XVIIIesiècle, Mlle Barbarat, nous fournit des détails quant à l'existence de cette apparition. « Une soirée, assez tard, je sortais avec ma sœur de nos écuries, et, pour rentrer chez nous, il fallait traverser la rue de la Halle. Voilà la Massue qui se présente : elle montait la rue. Ma sœur me crie : Retire-toi ! J'ai cru qu'elle voulait badiner ; mais tout à coup cette bête s'est trouvée près de moi et, en passant, s'est serrée contre mes jupons sans que je la sente. Elle était plus noire que grise et de la grosseur d'un chien dogue. C'est en 1770 que cela m'est arrivé. Depuis ma sœur l'a vue à cette même place à trois reprises différentes. M. Lefort, allant un soir chez M. de Villers et suivant la rue du Four Banal, la vit sortir du coin derrière la maison Coignard et venir au devant de lui.

« Au commencement de la Révolution, un garçon de Boulay faisait la cour à une fille qui habitait la grande maison située rue du Four Banal au-dessus de celle de M. Limbourg et se rendait chez elle. C'était à l'entrée de la nuit et plusieurs personnes étaient encore à prendre le frais du soir sur la porte. Ce garçon vit la Massue semblant sortir du cul-de-sac qui est derrière la maison Rimmel. Il courut frapper à une porte en criant : Vite ! Vite ! Ouvrez-moi. On ouvrit la porte et, se précipitant dans l'allée, il y tomba en faiblesse. C'était la seconde fois qu'il voyait cette bête. Un soir, le boucher qui demeurait alors dans la même rue sortit pour aller à sa boutique. Mais il revint aussitôt, les cheveux hérissés, et dit qu'il venait de voir une effroyable bête qui en gardait l'entrée. C'était la Massue.

«  Un jour de l'hiver 1760, le vent avait renversé un gros arbre dans la forêt de Crombesch (défrichée depuis la Révolution). Des pauvres femmes, qui faisaient métier d'aller chercher des branches sèches au bois pour leur ménage, complotèrent d'aller la nuit suivante en couper en fraude à cet arbre. Mais il fallait s'assurer que le fortier (garde-forestier) n'était pas en tournée. Elles furent regarder à la fenêtre de sa cuisine sur le derrière de sa maison, située rue du Four Banal, et le virent assis près du feu. Mais quand elles s'en retournèrent pour aller accomplir leur vol, la Massue était là qui leur barrait le chemin. Quand elles voulaient passer d'un côté, la Massue s'y trouvait ; si elles essayaient de prendre l'autre côté, elle y était encore, et ce manège dura jusqu'à quatre heures du matin où la Massue s'éloigna ; mais l'envie et l'heure de mal faire étaient parties aussi !

« Un soir de l'année 1700, des garçons de Boulay se promenaient sur la place. La Massue est venue passer près d'eux ayant à peu près l'apparence d'un petit cheval. L'un d'eux, nommé Ritz, sauta dessus ; mais il tomba aussitôt à terre où il resta raide mort. Une nuit, un homme passait en Muehlenbach (lieu situé au sortir de la ville entre la route de Metz et celle de Roupeldange), avec une hotte sur le dos. La Massue le suivit et sauta sur sa hotte. Il la porta ainsi bien loin, mais il tombait sous le poids. Mlle Bettinger, qui habitait aussi la rue du Four Banal, vit, un soir de l'été 1820, une bête de grande taille avec des yeux étincelants s'arrêter vis-à-vis ses fenêtres. Elle le raconta le lendemain à ses voisins. Mme Weiss, un soir de la même année, et plusieurs personnes, étaient assises sur les escaliers d'une maison située vers le bout de la même rue d'où l'on peut voir la place. Tout à coup elles entendirent un bruit de chaînes et, en même temps, virent la Massue apparaître, comme si elle sortait de terre. Un petit chien la suivait en ne cessant d'aboyer. Sans s'en inquiéter, la bête descendit jusqu'au bout de la place et puis revint sur ses pas. En voyant cela toutes les personnes qui l'observaient se sauvèrent, et l'une d'elles, qui avait un plus long trajet à faire que les autres, demanda de l'eau bénite pour s'assurer contre les rencontres du chemin.

« Une soirée, Colin Coignard revenait de route avec sa charrette. Arrivé au fossé de Barenbach, derrière la montagne, il s'y trouva tout à coup embourbé et la Massue était près de lui qui le regardait. Son neveu alla chercher des chevaux pour le tirer de ce mauvais pas et quand, vers minuit seulement, ils arrivèrent près de la ville, au ruisseau de Muehlenbach, la Massue était dans le ruisseau qui dlatschait (de l'allemand flatsehen, barboter dans l'eau) et tapotait dans l'eau. Elle les accompagna jusque dans l'intérieur de la ville ».

Enfin voici le témoignage d'un homme fort honorable qui habitait Boulay au commencement du XIXe siècle : ancien professeur à Boulay, il avait été, avant la Révolution, précepteur dans la maison du comte de Clermont Mont-Saint-Jean, dans le midi de la France. Il écrit, dans une note adressée au comte de Bony de la Vergne : « Hier, 29 janvier 1823, à six heures du soir sonnées à l'hôtel de ville et sur le point de sonner à la paroisse, je sortais de chez nous pour aller donner une leçon dans la rue du Pressoir. J'apercevais déjà les lumières de vos fenêtres et je marchais sur le haut du pavé lorsque j'entendis un bruit de chaînes à ma gauche. Je regardai et je vis à mon côté une masse informe à poils longs sans que je la sentisse. Je crus d'abord que c'était le chien du moulin neuf ; mais me rappelant que celui-ci a des oreilles coupées ras, je cherchai à voir la tête de cette bête et j'aperçus un bout d'oreille saillant du poil. Je suivis de l'œil cette monstruosité jusque devant la maison Coignard, mais sans pouvoir distinguer une tête. Elle paraissait avoir des reins d'environ deux pieds de large et au moins la longueur du chien du moulin. C'est ce que j'ai vu de mes yeux sans être endormi ni ivre. Je n'avais pas encore vu cette bête et je vous en parle comme l'ayant vue ; croyez si vous le jugez à propos ».

Suivant la croyance populaire, cette Massue n'était autre que la propre personne d'un ancien gouverneur de Boulay, condamné par la justice divine àrevenir sous cette forme odieuse, en expiation d'un crime. Le capitaine Dithau, ou Dithrau, gouverneur à Boulay pour le duc de Lorraine, en 1635, avait une tante nommée Sunna Roden, dont il convoitait les biens, 108 jours de terre sur le ban de Boulay et 9 fauchées de prés. Pour s'en emparer, le capitaine Dithau accusa sa tante de sorcellerie et la fit emprisonner. Le procès dura huit semaines et, sur les dépositions de son neveu, la pauvre dame fut condamnée à être brûlée vive, ses cendres jetées au vent et ses biens confisqués. Cette horrible sentence eut son exécution et la malheureuse femme fut brûlée sur le ban de Boulay, le 17 juillet 1635, en un lieu appelé Stromerich, à gauche du chemin de Machern et non loin du bois de Buch. Le cupide Dithau ne put cependant pas s'emparer des biens de sa tante, qui passèrent, dit-on, aux domaines et furent ensuite aliénés. Malheureusement, les pièces du procès ont été, dès l'origine, soustraites des archives de l'hôtel de ville, et la tradition seule a conservé jusqu'en ces derniers temps le souvenir d'un crime abominable, dont le sentiment populaire a fait justice en condamnant son auteur au sinistre châtiment relaté plus haut.

Les traditions populaires de plusieurs provinces de France et d'autres pays dépeignent aussi les allures analogues d'une bête qui se présente la nuit au voyageur, le suit ou lui barre le passage, quelquefois se fait porter par lui, épouvante les animaux, etc. Telles sont la Galipote dans le Poitou et la Saintonge, la Grand'Bête et la Bête qui se fait porter dans le Berry, le Poulain sans tête à Gondrecourt, la Bête de Brielles, la Bête de Béré, la Birette, leBirherou, la Bête de la Loyère en Haute-Bretagne, le Chien noir d'Alversdorf dans le Schleswig-Holstein, etc. Néanmoins la Massue bolagienne, quoique parente de ces fantastiques créatures, offre avec elles une assez grande différence. La Galipote, quoique plus innocente que le loup-garou, se rapproche de la nature de ce dernier en ce qu'elle est quelquefois le dédoublement d'une personne vivante, tandis que notre Massue est un véritable revenant. Elle a plus d'affinité avec la Grand'Bête, malgré les formes plus nombreuses qu'affecte cette dernière ; elle n'a pas la méchanceté de la Birette ; elle ressemble un peu au Poulain de Gondrecourt, comme elle, a la tête indécise, et au chien noir d'Alversdorf, car ces derniers se font voir aussi, le plus souvent, dans l'intérieur d'une ville. Mais ce qui caractérise surtout notre Massue, c'est sa personnalité connue dans sa première et dans sa seconde existence et l'idée de l'expiation attachée à ses pérégrinations nocturnes.

 

 

dame blanche

La Dame Blanche de Palavas est sans doute la plus célèbre de notre pays étant donné l'impact médiatique qu'a eu le témoignage des jeunes gens qui l'auraient prise en stop. En 1981, 4 jeunes rentrent à Montpellier. Sur la route de Palavas, ils apperçoivent sur le bord de la route une femme plutôt étrange mais décident tout de même de lui proposer de l'amener à Montpellier. La femme accepte d'un hochement de tête. On l'invite à s'installer à l'arrière entre les 2 jeunes filles du groupe et l'auto démarre. La femme reste silencieuse, le regard fixe durant quelques kilomètres mais à l'approche d'un virage serré elle se met à hurler : "Attention au Virage!!!" Le conducteur freine et la voiture passe la boucle sans encombre. Mais à ce moment là, un sentiment de panique envahi les 4 amis, la dame a disparue. Pourtant après vérification, les fenêtres de la voiture étaient toutes fermées et les jeunes filles à l'arrière n'ont pas bougées. Les jeunes gens s'empressent d'aller raconter leur histoire à la police qui les prend d'abord pour des plaisantins, mais leur version restant toujours identique, les inspecteurs finissent par croire que ce soir là, il s'est bien passé quelquechose sur la route de Palavas. Cette femme a été décrite par les témoins, comme protant des vêtements blancs et le visage plutôt blaffard.

La Dame Blanche à la loupe : pour ceux qui croient aux dames blanches, elles seraient là pour prévenir d'un danger, pour éviter aux automobilistes d'avoir un accident là où elle même ont perdu la vie. Selon tous les témoignages rescensés dans le monde entier, elles seraient toujours vêtues de blanc ou de gris, auraient les yeux fixes et le visage très pâle. Parfois elles portent des robes de mariée, parfois une grande aube avec un fichu sur la tête, parfois ses traits sont bien distincts, d'autres fois on les distingue à peine, mais tous s'accordent à dire que l'esprit qu'ils ont vu était bienfaisant. Pour les sceptiques, il s'agirait d'une hallucination collective, due à un manque de sommeil ou à un trop plein d'alcool. D'autres évoquent le passage d'une chouette effraie devant le véhicule. Alors comment expliquer que ce phénomène ait été vu au quatre coin de la planète, même dans les endroits les plus reculés comme la Sibérie ou la Patagonie, comment expliquer que des gens qui ne se sont jamais croisés, qui pour certains n'ont même pas l'influence médiatique, aient pu décrire des faits si similaires?