dans le monde entiers

études sur ses thémes

nombres sacrée: kabbaliste

suaire de turin  :sindonologues

phénoméne étrange :forteans

ovni: ufologue

vies futur: progressionniste

vies passé :réincarnation

animaux cachées ou inconnue:cryptozoologiste

 

comment savoir si une maison est hantée

SOURCE :SKYROCK, BLOG DE PARANORMAL2107
Voici quelques indices d'une maison hantée:
 
* Sentir une présence
* Se sentir observé
* Voir des ombrages
* Courant d'air froid, frisson
* Disputes à répétition
* Comportement anormaux des animaux
* Ambience lourde
* Malaise dans la maison ou dans certaines piéces
* Bruits anormaux
* Dépression, stress et angoisses sans raisons
* Manque d'énergie
* Malchance
* Et autres...

le mystére des batracien: peuvent til hiberner pendant plusieur siécles ? 
En 1960, au fond d'une fosse, parmi des os de mammouth et de tigres à dents de sabre, des boules d'argile dures comme du roc renfermaient des grenouilles, certaines mortes d'autres vivantes, sans pigmentations et certaines si transparentes que l'on pouvait voir leur coeur battre.
Leurs bouches étaient scellées, certaines ont explosé sans doute à cause d'une exposition trop soudaine.
Les scientifiques du Smithonian Institute les ont datées de la même époque que les mammouths mais n'ont pas fourni d'explications sur la survie de certaines de ces grenouilles.

En 1862, un français, Alexandre Seguin a tenté une expérience intéressante.
Il a emprisonné vingt crapauds dans du plâtre puis les a enterrés.
Douze ans plus tard, quatre d'entre eux étaient encore en vie. ( 5 )
Avant lui, le naturaliste français Hérissant avait réussi la même expérience en 1771-1774.
Plus tard, Buckland, un anglais farouchement opposé à la réalité du phénomène avait échoué en 1825-1826.

les franc maçon

LA FRANC MAÇONNERIE Apparue en Europe à la fin du XVIIe siècle, la Franc Maçonnerie se définie comme une société discrète et non secrète, les Francs Maçons ont ainsi une réserve et non un secret. 

L'or
igine mythique de la franc-maçonnerie se situe à la construction du temple de Salomon à Jérusalem par l'architecte Hiram Abi, Maître fondateur légendaire ou symbolique des francs-maçons. Elle trouverait également des racines dans la construction des cathédrales et des pyramides dans l'Égypte ancienne.

On a prétendu
 que la franc-maçonnerie était un prolongement institutionnel des corporations de maçons du Moyen Âge, un descendant direct des Templiers.

Un document plus c
rédible, quoique point irréfutable, en faveur de l'ancienneté des origines de la maçonnerie est le manuscrit Halliwell qui aurait été rédigé vers 1390, et quiévoque certains concepts et certaines expressions que l'on retrouve dans la franc-maçonnerie. Le manuscrit fait lui-même référence à un texte plus ancien, dont il est censé être une élaboration.D'autres manuscrits, antérieurs à 1717, élaborent des règles pour des sociétés de “Freimaurer” ou de “freemasons”: le Cooke (env. 1400), les statuts de Ratisbonne 1498, les statuts Schaw (1598), le York (1370),, le Absolion (1668) le Sloane (1700)...

 

La Franc-maçonnerie est une organisation essentiellement philanthropique réunissant, dans le monde entier, des personnes qui se sont donné pour but d'oeuvrer à l'amélioration matérielle et morale del'Homme et au progrès de l'humanité.

C'est u
ne espèce de grande famille, quand on est Franc-maçon on dépend d'une loge. Si vous cherchez un travail, ils pourront vous en trouver un; une maison, c'est pareil. Les problèmes d'argent peuvent être résolus aussi. En fait vous vous faites vraiment aider en tout et pour tout, il suffit de demander. L'exemple le plus typique de cette aide est celui-ci : si vous tuez quelqu'un et que vous êtes Franc-maçon, vous pouvez aller chez un autre franc-maçon et lui demander de vouscacher. Il le fera, car c'est une obligation pour lui.
A
près, c'est la loge qui vous jugera pour l'assassinat et pas la “justice” normale. Ils sont tellement ramifiés, qu'ils ont lemoyens de passer par leur propre justice.LA FRANC MAÇONNERIE

Donc c'est positif : on vous aide en tout et pour tout, vous faites partie de la famille, vous pouvez même être initié à pas mal de choses.
Négatif
 : ils peuvent passer outre les lois et cela peut devenir injuste, mais cela reste du favoritisme. ( Si vous êtes par exemple informaticien et que vous cherchez un travail, un Franc-maçon possédant une boîte peut vous engager quitte à virer l'un de ses propres informaticiens), de plus vous et votre famille dépendez de la loge, vous êtes obligé de faire ce qu'ils vous diront de faire.

La franc
-maçonnerie vit actuellement une crise identitaire et ne compte plusque 2 millions d'adhérents dans le monde en 2005, contre 7 millions dans les années 1950. La maçonnerie anglo-saxonne a ainsi perdu la moitié de ses effectifs inscrits et 90 % de ses effectifs réels en 25 ans. La France est comparativement l'un des pays où elle résiste le mieux ainsi que la Belgique. Dans la plupart des pays latins, c'est la franc-maçonnerie de la branche libérale (ou continentale) qui prédomine, alors que le reste du monde tend plutôt à suivre la branche anglo-saxonne. Dans certains pays, toutefois, les deux mouvements coexistent,soit dans une relation amicale de compréhension mutuelle, soit avec des rapports plus tendus.

 

-Recrutement:
Chac
un est libre de postuler en Franc-maçonnerie. Les sites web des différentes obédiences fournissent généralement un formulaire qu'il suffit d'utiliser. Si on connaît l'adresse d'une loge particulière, il est également possible de lui écrire. En pratique, il y a peu de candidatures spontanées: la plupart des postulants connaissent un membre de la loge qui leur a proposé de les instruire sur la démarche maçonnique et de parrainer leur candidature, mais parfois il se peut même que l'un d'entre euxvous aborde dans la rue et vous propose un adhésion. Cependant le processus d'admission est le même pour tous et prend du temps.

LA FRANC MAÇONNERIE

source:blog de dossier mystere

 

 

MONSTRE MARIN DANS LE MONDE

 

Ecosse: Le Loch Ness habité par "Nessie"

Islande: Lac Lagerfljót habité par "Skrimsl ou Lagerfljótsskrímslið" 

La Norvège: Lac Sudal (pas de nom pour le monstre)

La Suède: Lac Storsjö habité par "Necker"

L'Amérique du Nord: Lac Okanagan, Colombie britannique habité par "l'ogopogo ou Naitaka"

Lac Champlain, Québec habité par "Champie"

Lac Memphrémagog, Québec habité par "Memphré"

Lac Manitoba, Canada (pas de nom pour le monstre)

Compartiment De Chesapeake, MD habité par "Chessie"

Lac Payette, Idaho habité par "Gluant Amincissez"

La Russie: Lac Brosno habité par "Brosnie"

Lac Khaly, Iakoutie-Sakha (pas de nom pour le monstre)

Le Japon: Lac Ikeda habité par "Issie"

La Turquie: Fourgon De Lac (pas de nom pour le monstre)

La Chine: Lac Hanas, Xinjiang (pas de nom pour le monstre)

la réincarnation

source: blog dossier mystere

 

la reincarnation :Marques de naissance

Les Ibos du Nigeria, d'après S. Edelstein, marquent le cadavre d'un enfant mort en lui coupant la dernière phalange du petit doigt. Or, on retrouve ensuite cette mutilation sur des nouveaux nés !

Au Sénégal, on marque de la même manière une oreille.

Un indien Tlingit d'Alaska avait une cicatrice sur le flanc droit qu'il prétendait être un coup de lance reçu dans une autre vie, 50 ans auparavant, lors d'un combat entre tribus, et il fut capable de nommer son agresseur.

 


En Thaïlande, on marque souvent le corps d'un défunt pour mieux l'identifier lors d'une réincarnation.

On peut évidemment supposer que si cela se passe dans un contexte familial donné, il puisse y avoir une action psychique de la mère sur le foetus. Mais il y a des cas avérés où il n'y a aucun lien familial. Et on sait qu'une marque accidentelle n'est pas génétiquement transmissible !

Depuis l'âge de cinq ans, où elle eut une diphtérie, Mme Smith (pseudonyme donné par son médecin A.G.) rêvait de bûcher et de moine qui la frappait avec une torche enflammée. elle porte depuis sa naissance une marque dans le dos, une cicatrice boursouflée comme celle d'une brûlure. Elle fut traitée de 1962 à 1966. par le docteur A. Guirdham, psychiatre (Université Oxford - Grande Bretagne), qui établit qu'elle était probablement la réincarnation d'une cathare brûlée vive en 1244. Elle fut capable de donner de nombreux détails sur sa communauté, dont certains inconnus à cette date et confirmé ensuite par des recherches ultérieures (les robes bleu foncé des parfaits cathares, par exemple). Il n'a donc pas pu y avoir télépathie pour ces faits historiques révélés après coup. 

Deux chercheurs hollandais, Titus et Esteban Rivers, ont interrogé plusieurs des sujets de Stevenson. Ils ont noté que, dans la plupart des cas, les prétendues incarnations antérieures appartiennent à la famille du sujet ou sont connues d'elle. Il peut donc s'agir simplement de souvenirs subconscients. Sur les centaines de cas répertoriés par Stevenson, trois seulement ont résisté à l'examen critique des Hollandais. Selon eux, ce sont peut-être des exemples de « souvenirs d'une réincarnation réelle ».

SOURCES/blog de dossiermystere

le mystére des batracien: peuvent til hiberner pendant plusieur siécles ? 
En 1960, au fond d'une fosse, parmi des os de mammouth et de tigres à dents de sabre, des boules d'argile dures comme du roc renfermaient des grenouilles, certaines mortes d'autres vivantes, sans pigmentations et certaines si transparentes que l'on pouvait voir leur coeur battre.
Leurs bouches étaient scellées, certaines ont explosé sans doute à cause d'une exposition trop soudaine.
Les scientifiques du Smithonian Institute les ont datées de la même époque que les mammouths mais n'ont pas fourni d'explications sur la survie de certaines de ces grenouilles.

En 1862, un français, Alexandre Seguin a tenté une expérience intéressante.
Il a emprisonné vingt crapauds dans du plâtre puis les a enterrés.
Douze ans plus tard, quatre d'entre eux étaient encore en vie. ( 5 )
Avant lui, le naturaliste français Hérissant avait réussi la même expérience en 1771-1774.
Plus tard, Buckland, un anglais farouchement opposé à la réalité du phénomène avait échoué en 1825-1826.

LA LEGENDE DE L'ANKOU

L'ANKOU, LE SERVITEUR DE LA MORTIl ne représente pas la Mort en elle-même, mais son serviteur : son rôle est de collecter dans sa charrette grinçante (karr an Ankoù, karrigell an Ankoù, karrik an Ankoù) les âmes des défunts récents. Lorsqu'un vivant entend le bruit de la charrette (wig ha wag !), c'est qu'il (ou selon une autre version, quelqu'un de son entourage) ne va pas tarder à passer de vie à trépas. On dit aussi que celui qui aperçoit l'Ankou meurt dans l'année.


"L'Ankou est l'ouvrier de la mort (oberour ar maro). Le dernier mort de l'année, dans chaque paroisse, devient l'Ankou de cette paroisse pour l'année suivante. Quand il y a eu, dans l'année, plus de décès que d'habitude, on dit en parlant de l'Ankou en fonction:

- War ma fé, heman zo eun Anko drouk. (Sur ma foi, celui-ci est un Ankou méchant.)

On dépeint l'Ankou, tantôt comme un homme très grand et très maigre, les cheveux longs et blancs, la figure ombragée d'un large feutre; tantôt sous la forme d'un squelette drapé d'un linceul, et dont la tête vire sans cesse au haut de la colonne vertébrale, ainsi qu'une girouette autour de sa tige de fer, afin qu'il puisse embrasser d'un seul coup d'oeil toute la région qu'il a mission de parcourir.

Dans l'un et l'autre cas, il tient à la main une faux. Celle-ci diffère des faux ordinaires, en ce qu'elle a le tranchant tourné en dehors. Aussi l'Ankou ne la ramène-t-il pas à lui, quand il fauche; contrairement à ce que font les faucheurs de foin et les moissonneurs de blé, il la lance en avant.

Le char de l'Ankou (karrik ou karriguel ann Ankou) est fait à peu près comme les charrettes dans lesquelles on transportait autrefois les morts. Il est traîné d'ordinaire par deux chevaux attelés en flèche. Celui de devant est maigre, efflanqué, se tient à peine sur ses jambes. Celui du timon est gras, a le poil luisant, est franc du collier. L'Ankou se tient debout dans la charrette.


Merlin l'enchanteur (gravure)
L'Ankou dans sa charette funestre.




Il est escorté de deux compagnons, qui tous deux cheminent à pied. L'un conduit par la bride le cheval de tête. L'autre a pour fonction d'ouvrir des barrières des champs ou des cours et les portes des maisons. C'est lui aussi qui emplie dans la charrette les morts que l'Ankou a fauchés.

Lorsque l'Ankou se met en route pour sa tournée, sa charrette est, dit-on pleine de pierres, afin de rouler plus lourdement et de faire plus de bruit.

Arrivé près de la maison où se trouve le moribond qu'il doit cueillir, il décharge brusquement sa charrette, pour faire place à son nouveau “lest”. De là ce fracas de pierraille que l'on entend si souvent dans les logis où l'on veille un mourant, juste à l'instant où celui-ci rend le dernier soupir."

Extrait de La Légende de la Mort d'Anatole Le Braz



Dans certaines légendes l'Ankou tue sans faucher réellement, le simple fait de l'approcher, de l'entendre passer ou à plus forte raison d'échanger des paroles avec lui suffisent à causer la mort de la personne en question ou de l'un de ses proches.

C'est le triste sort de Fanch ar Floc'h, ce talentueux forgeron qui absorbé par son ouvrage travailla le soir de Noël jusqu'après l'heure sainte de minuit à qui l'Ankou rendit alors visite pour faire réparer sa faux. L'homme accomplit cette tâche sans se douter de l'identité de son hôte et mourut à l'aurore.

Une légende raconte également comment un jeune homme trop curieux, ayant reconnu le célèbre grincement des essieux de la charrette de l'Ankou, décida de l'observer sans se faire voir en se cachant dans une touffe de noisettes. Le convoi s'arrêta soudain et l'un des compagnons de l'Ankou s'approcha de la cachette afin de couper de quoi remplacer la cheville brisée de l'un des essieux. Se croyant tout d'abord perdu le jeune homme fut vite soulagé de voir l'Ankou s'éloigner sans remarquer sa présence... le lendemain on l'enterrait.

L'Ankou est effectivement accompagné de deux hommes qui l'aident dans sa mission, l'un tient la bride du cheval de devant, l'autre ouvre les barrières pour faciliter son passage et dispose sur la charrette les cadavres de victimes fauchées. Des pierres lestent la charrette afin de la faire grincer et que l'on l'entende ainsi venir, lorsqu'un malheureux est fauché, quelques pierres sont déchargées. Pour cette raison, on dit que lors de veillées mortuaires on entend parfois un bruit de caillasse ; c'est l'âme du défunt qui remplace une partie du lest sur la charrette de l'Ankou.

On dit que pour chaque paroisse, le dernier mort de l'année devient l'Ankou de l'année suivante. Le jour, il est également présent à travers les sculptures à son effigie qui ornent les ossuaires, ainsi il rappelle toujours aux hommes la fin à laquelle aucun ne peut se soustraire. Et ces mots gravés sur la pierre de nous mettre en garde " La mort, le jugement, l'enfer froid : quand l'homme y pense, il doit trembler ".


-----


Vieux et jeunes, suivez mon conseil.
Vous mettre sur vos gardes est mon dessein ;
Car le trépas approche, chaque jour,
Aussi bien pour l'un que pour l'autre.
Qui es-tu ? dit le jeune garçon,
A te voir j'ai frayeur.
Terriblement tu es maigre et défait ;
Il n'y a pas une once de viande sur tes os !

C'est-moi, l'Ankou, camarade !
C'est moi qui planterai ma lance dans ton coeur;
Moi qui te ferai le sang aussi froid que le fer ou la pierre !

Je suis riche en ce monde ;
Des biens, j'en ai à foison ;
et si tu veux m'épargner,
Je t'en donnerai tant que tu voudras.

-
Si je voulais écouter les gens,
accepter d'eux un tribut,
qu'un demi-denier par personne,
je serais opulent en richesses !

Mais je n'accepterai pas une épingle,
Et je ne ferai grâce à nul chrétien, -
Car , ni à jésus, ni à la Vierge, -
Je n'ai fait grâce même.

Autrefois, les “pères anciens” -
Restaient neuf cent ans sur la brèche. -
Et cependant, vois, ils sont morts, -
Jusqu'au dernier, voici longtemps !
Monseigneur saint Jean, l'ami de Dieu ;
Son père Jacob, qui le fut aussi ;
Moïse, pur et souverain ;
Tous, je les ai touchés de ma verge.
Pape ni cardinal je n'épargnerai ;
Des rois (je n'en épargnerai) pas un,
Pas un roi, pas une reine,
Ni leurs princes, ni leurs princesses.

Je n'épargnera archevêque, évêque, ni prêtres,
Nobles gentilshommes ni bourgeois,
Artisans ni marchands,
Ni pareillement, les laboureurs.
Il y a des jeunes gens de par le monde,
qui se croient nerveux et agiles ;
Si je me rencontrais avec eux,
Ils me proposeraient la lutte.

Mais ne t'y trompe point, l'ami !
Je suis ton plus proche compagnon,
Celui qui est à ton côté, nuit et jour,
N'attendant que l'ordre de Dieu.

N'attendant que l'ordre de Père Eternel ! ...Pauvre pécheur, je te viens appeler.
C'est moi l'Ankou, dont on ne se rachète point !
Qui se promène invisible à travers le monde !
Du haut du Ménez, d'un seul coupde fusil,
Je tue cinq mille hommes en un tas !